Où manger des beignes à Montréal?

10 avr crémy

À Montréal, depuis près de trente ans, nous pouvons toujours déguster les ponki de l’une des nombreuses succursales de la pâtisserie polonaise Wawel; ce sont des beignes frits et fourrés à la crème, à la confiture d’abricot ou de prune – nous avons toujours beaucoup de difficulté à ne pas nous en offrir une boîte lors de nos passages au marché Jean-Talon. Mis à part ces traditionnels beignes polonais (dont nous ne pourrions nous passer), une vague de nouveaux commerces se spécialisant en beignes ont fait surface, au courant des dernières années, dans la métropole. En juillet 2012, le Globe and Mail annonçait la «renaissance du beigne» un peu partout au Canada. En mars 2013, le magazine américain Saveur présentait un numéro spécial entièrement consacré au beigne, contenant entre autres une liste des 50 meilleurs endroits où s’en procurer à travers les États-Unis. Pour notre plus grand plaisir à tous, la célèbre pâtisserie trouée ou fourrée est revenue en force, dans sa forme traditionnelle ou complètement renouvelée.

Lire la suite

BarBounya: la cuisine turque s’amuse

5 mar barbounya

C’est grâce à la chef Fisun Ercan que j’ai découvert pour la première fois la cuisine turque, il y a quatre ans, au restaurant Su dans le quartier Verdun à Montréal. Depuis mon dernier voyage à Istanbul, j’y suis d’ailleurs retournée à quelques reprises pour quelques bouchées nostalgiques de manti, de boulettes de lentilles et de boulgour (mercimek köfte) ou de feuilles de vigne farcies. En juin 2013, j’étais plus qu’heureuse d’apprendre que la chef, qui m’avait beaucoup donné envie d’assaisonner mes plus récentes vacances de piment turc, de pomme grenade et de raki, venait d’ouvrir un tout nouveau restaurant sur Laurier: BarBounya.

Lire la suite

Mangiafoco: le bar à mozzarella montréalais

25 jan mozza

Vous étiez au courant, vous, qu’il existe un bar à mozzarella à Montréal? Pas moi! En fait, j’ai dû manquer les nouvelles entourant l’ouverture de Mangiafoco, à l’été 2012, alors qu’il était impossible pour moi – maman qui allaitait et qui vivait comme une somnambule – de quitter le nid familial sans bébé plus de quelques heures à la fois. En rédigeant cet article, je me suis dit que je n’étais peut-être pas la seule à ne pas en avoir entendu parler, d’autant plus que, si vous êtes comme moi, vous ne sortez peut-être pas toutes les semaines dans le Vieux-Port de Montréal.

Lire la suite

Quatorze souhaits pour 2014

11 jan papillon

Je vous écris de mon tout nouveau pyjama «à pattes», l’une de mes dernières acquisitions lors du plus récent boxing day. Voilà qui illustre bien ce que je suis devenue au courant des deux dernières années: l’hybride d’une littéraire rêveuse qui a laissé derrière elle l’idée d’être «femme de carrière» (mais qui travaille à temps partiel et continue de se demander ce que son avenir professionnel lui réserve) et d’une maman à la maison dévouée qui adore passer des matinées entières en pyjama, à lire des livres pour enfants, cuisiner des biscuits et regarder Chuggington.

Lire la suite

Foodtrucks montréalais: mon top 4 (été 2013)

4 déc foodtrucks

Comme la grande majorité des montréalais, j’ai accueilli avec une grande joie l’arrivée d’un projet-pilote pour les foodtrucks à Montréal, l’été dernier. Ils étaient près d’une cinquantaine à circuler sur les routes de la métropole et à participer à plusieurs événements, de juin à octobre, vingt-sept d’entre eux ayant reçu un permis officiel (ARRQ) émis par la ville de Montréal pour utiliser les endroits prédéterminés mis à leur disposition. En plus des premiers vendredis du mois sur l’Esplanade du Parc Olympique et du déjà populaire Bouffons Montréal du Festival Juste pour Rire, plusieurs quartiers avaient pris l’initiative d’inviter les restaurateurs de rue chez eux; c’était le cas d’Ahuntsic (où je réside), alors que chaque mercredi, nous recevions deux ou trois camions différents au parc Tolhurst.

Lire la suite

Glory Hole Doughnuts: les meilleurs beignes à Toronto

1 déc gh5

L’été dernier, lors d’un long weekend de cinq jours à Toronto, nous avons dû faire un détour avant de reprendre la route vers la maison*. Nous avions au minimum cinq heures de route devant nous (probablement huit avec les arrêts pour fiston), mais j’ai insisté pour que l’on arrête chez Glory Hole Doughnuts, sous prétexte que je ne rentrerais pas chez nous sans avoir ma gigantesque boîte de beignes sur les genoux. (C’est à se demander, parfois, qui est le plus bébé dans la famille entre fiston, moi et son papa.)

Lire la suite