Le Gourmet solitaire: la nourriture japonaise comme un poème

Dans le Gourmet solitaire de Jirô Taniguchi, nous parcourons tranquillement les dessins de Masayuki Kusumi, où un homme de commerce plutôt mystérieux, mange. Nous n’apprendrons pas grand chose sur cet amateur de spécialités japonaises parce que le véritable protagoniste de ce manga est… la nourriture!

Poursuivre la lecture de « Le Gourmet solitaire: la nourriture japonaise comme un poème »

Des mangas pour les gourmands

Aya Kisaragi est une conseillère culinaire avec du caractère. Travaillant pour la société Food Project, elle doit enseigner les rudiments du métier à son naïf stagiaire Ippei Komaï, tout en réussissant chacune de ses interventions visant à remettre sur pieds des restaurants (ou des chefs) qui en ont vraiment besoin. Tout comme Ippei, c’est par étapes que nous apprenons à connaître autant le personnage d’Aya que ses plans souvent imprévisibles.

Poursuivre la lecture de « Des mangas pour les gourmands »

Tori Amos et Comic book tattoo

Hey kid, I’ve got a ride for you/ they say your brain is a comic book tattoo […]

Il y a déjà quatre ans, j’ai fait un voyage « en sac à dos » à Amsterdam puis à Berlin, pour aller visiter mon cousin qui étudiait en arts là-bas. J’avais besoin de prendre l’air en solitaire; j’essayais de terminer la rédaction de mon premier recueil de poésie. Pour clore ce voyage riche en réflexions, je m’étais procuré un billet pour aller voir Tori Amos à Rotterdam… Et dans ce petit amphithéâtre où, une tasse de thé à la main, j’ai pu voir Tori grâce au billet qui m’avait fait rêver pendant des semaines, j’avais versé une larme de joie en entendant la performance de Northern Lad

Poursuivre la lecture de « Tori Amos et Comic book tattoo »

Le Salon du livre des passionnés

C’est aujourd’hui que se termine l’édition 2008 du Salon du livre de Montréal, « le plus grand en Amérique » nous dit-on. Comme à chaque année, je suis allée faire mon tour, mais un peu avec hésitation; l’événement prend tellement d’ampleur que je redoute toujours la trop grande foule et me re-demande à chaque fois où est l’intérêt d’aller mettre les pieds dans une énorme librairie grouillante (où l’entrée coûte 8$).

Poursuivre la lecture de « Le Salon du livre des passionnés »