Les maisons de Balzac et de Victor Hugo (Paris)

Lors de mon tout premier passage à Paris l’été dernier, j’étais excitée et emballée à l’idée d’enfin pouvoir aller mettre quelques images sur des grands classiques littéraires que j’étudie depuis tant d’années. Tant d’auteurs, tant de descriptions de lieux et de quartiers où je n’ai pourtant jamais mis les pieds; j’allais enfin pouvoir voir.

maisonhugo

J’avais entendu dire qu’à Paris il y avait une « Maison Victor Hugo » (l’appartement situé au deuxième étage de l’Hôtel de Rohan Guéménée, place des Vosges), alors j’y suis allée… et j’ai été passablement déçue. Je ne sais pas pourquoi au juste, mais je m’attendais à quelque chose de plus grandiose; n’y a-t-il pas un boulevard Victor Hugo dans pratiquemment toutes les grandes villes françaises? Bon, j’exagère, mais avec toute l’adoration que la France semble avoir pour son idole du romantisme, je n’arrivais pas à comprendre qu’il n’y avait « que ça » à propos de lui à Paris. Ça m’a plutôt donné le goût, en visionnant une vidéo, de trouver le moyen de me rendre un jour à Guernesey visiter sa maison d’exil, sa Hauteville House.

En revanche, j’avais aussi lu quelque part que l’on pouvait visiter à Paris la Maison de Balzac. Je crois que mes lectures balzaciennes se limitent au Cousin Pons, au Père Goriot et à quelques extraits… Même si je suis très loin d’adorer les longues descriptions réalistes, j’ai pris le métro jusqu’à la station Passy. Je me suis retrouvée dans un coin un peu désert de la ville en cherchant l’adresse: 47 rue Raynouard.

maisonbalzac

Et là, je vous avoue, ça m’a fait un petit quelque chose. J’étais toute seule qui visitait l’appartement de Balzac qui, nous dit-on, est la seule demeure parisienne de l’auteur qui a résisté au temps. Il y aurait corrigé toute la Comédie humaine (137 oeuvres!) entre 1840 et 1847. Un petit appartement de cinq pièces qui nous fait sentir toute la grandeur de l’oeuvre balzacienne, ces petites chambres où vécut un homme qui a créé toute une société dans son imaginaire (dans une pièce on retrouve d’ailleurs la généalogie d’une grande partie de ses personnages), avec tant de minutie et de précision. Entourée de ce qu’il reste de ses objets personnels, de son bureau, je me suis dit: « wow ».

bureaubalzac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s