Sur les pas de Jean-Baptiste Grenouille (Grasse)

J’ai d’abord été initiée au Parfum de Patrick Süskind par le film (2006) inspiré du livre; cela faisait déjà plusieurs années que je désirais lire cette histoire enivrante d’un meurtrier bien particulier, et je l’ai finalement dévorée en quelques jours l’été dernier.

molinard

Dans l’oeuvre de Süskind mais aussi dans la réalité, la ville de Grasse (située à une trentaine de minutes de Cannes) est reconnue comme étant la «capitale mondiale de la parfumerie». «Reconnue», je dis bien, parce que malgré le fait que cette réputation ne soit plus à faire, très peu de gens avec qui j’ai discuté de mon voyage en France avaient déjà entendu parler de cette petite ville à flan de montagne dans la région de la Côte d’Azur. Et pourtant…

fragonard

Il existe trois grandes parfumeries à Grasse dont la réputation n’est plus à faire: la plus vieille, Galimard, existe depuis 1747. Personnellement, j’ignore pourquoi exactement (peut-être est-ce parce qu’ils n’ont jamais répondu à mes questions par courriel? ou parce qu’en observant et reniflant leurs produits, je n’avais pas l’impression de faire partie de leur clientèle-cible?), mais je n’ai pas été inspirée par cette parfumerie malgré sa grande renommée. J’ai par contre adoré ma visite guidée de la parfumerie Fragonard ainsi que leurs produits (je suis d’ailleurs une nouvelle adepte de leur eau de toilette Belle de nuit que j’utilise pour les occasions spéciales; entendez que je ne suis pas une habituée des parfums), mais encore plus mon passage chez Molinard, où j’ai eu le très grand plaisir de créer mon propre parfum grâce à un atelier de tarinologie.

tarinologie

Il faut réserver à l’avance (envoyer un courriel via leur site internet), mais cette expérience au coût de 40 euros en compagnie du «nez» de Molinard, madame Céline Demets (des plus sympathiques d’ailleurs), vaut vraiment le détour. Contrairement aux deux autres célèbres parfumeries de Grasse, Molinard m’a semblée, en mon humble avis, un peu moins hautaine et plus contemporaine (même si elle existe depuis le XIXe siècle). Après une agréable visite guidée où l’on apprend l’histoire de Molinard et teste les notes de fond, de coeur et de tête d’un parfum (des notions qui m’étaient jusqu’alors complètement étrangères) nous entâmons la réalisation de notre propre parfum, entourés de fioles d’odeurs concentrées (huiles essentielles déjà mélangées à l’alcool?). Puis nous n’avons qu’à sentir et identifier les odeurs qui nous interpellent, la note de chaque odeur étant identifiée sur chaque fiole grâce à un code de couleurs. Enfin, la consécration: le « nez » nous aide à compléter notre parfum, et nous repartons avec une bouteille de 50 ml de notre création.

parfumatelierC’est donc avec fierté que je vous présente le «Schouchoune no.1», en l’honneur du petit surnom que mon chéri m’a donné bien malgré moi! J’aurais aimé vous le faire sentir, mais comme l’option «scratch and snif» n’existe pas encore via internet, imaginez (si possible!) un mélange de (notes de tête) bergamote, petit grain, chèvrefeuille, cassis, (notes de coeur) magnolia, gardenia et (notes de fond) cardamome, musc blanc. Ce n’est pas pour me vanter mais… je sens bon!

Publicités

6 thoughts on “Sur les pas de Jean-Baptiste Grenouille (Grasse)

  1. Marie-Julie Gagnon

    Wow! Félicitations pour Schouchoune no.1! hi! hi! Moi je n’ai visité que Fragonard et j’avais trouvé ça plutôt ennuyeux… Mais j’avoue que créer son propre parfum, c’est autre chose! Très cool! Quant au Parfum, je n’ai lu que le livre. Il est bon, le film?

  2. laderoutee

    Merci 😉 Ouais effectivement la fabrication de parfum a été le clou de notre visite à Grasse, sinon il n’y avait pas tant de choses à faire (d’autant plus que le musée international de la parfumerie était encore en rénovations cet été; il paraît qu’il vient de ré-ouvrir en octobre) J’avais bien aimé le film le Parfum avant d’avoir lu le livre; je l’ai revu cet automne et je l’ai trouvé moins bon (c’est quand même rare qu’une adaptation de livre au cinéma soit meilleure que l’oeuvre initiale…) Un bon divertissement tout de même!

  3. ka fée

    Je me souviens avoir visité l’usine Fragonard quand j’avais 13 ans. Ça a été une révélation pour moi. J’ai même tenté de faire du parfum toute seule après ^ ^
    Si j’avais su j’aurais été chez Molinard 😉

  4. laderoutee

    Bonjour Ka fée! Je suis très flattée de ta visite sur mon blog, j’adore le tien! J’apprécie particulièrement tes expériences de « savon du mois » qui permettent de découvrir les effets de différents huiles et beurres qui peuvent entrer dans la composition des savons 🙂 J’ai fait beaucoup de recherches sur la savonnerie et les produits de beauté naturels depuis l’hiver dernier mais pas assez de pratique à mon goût! Mon conjoint adore faire du savon aussi; on va s’y remettre plus sérieusement en 2009 (et j’en parlerai sur mon blog c’est sûr!) Au plaisir! 🙂

  5. laderoutee

    Bonjour Nathalie! Effectivement, moi aussi j’aurais cru que c’était plus cher; c’est le cas lorsque l’on fait faire un parfum sur mesure par un « nez » je crois… Dans cet atelier par contre c’est vraiment nous qui s’amuse avec les odeurs (même si qqn est là pour harmoniser le tout à la fin); c’est super! Si mon souvenir est bon, le prix était légèrement plus cher chez Galimard – autour de 50 euros – pour le même type de cours…

    Je « cours » visiter ton blog (et la recette des macarons aux smores!!) J’ai hâte de voir tes photos!! Au plaisir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s