De la littérature… à la table!

Oui oui, c’est probablement LE livre que je cherche depuis des mois qui se retrouve enfin entre mes mains! En effet, depuis quelques temps déjà je rêve de pouvoir mettre des saveurs sur différents passages de mes classiques littéraires préférés, et je semble avoir trouvé quelqu’un avec le même fantasme(!) dans Littérature et gourmandise: les plus belles recettes de la littérature française.

Ce livre qui dépasse mes moyens (90$ – merci d’exister ô grande bibliothèque de Montréal) est visuellement superbe: les photos de Mathieu Garçon sont époustouflantes. Il contient une quarantaine de recettes tirées de classiques littéraires allant de Montaigne à Vian, en passant par Prévert, Sand, Camus, Dumas, Pagnol, Perrault, etc. Choisies par François Desgrandchamps (auteur du livre,… chirurgien et professeur de médecine), les recettes inspirées d’extraits littéraires ont été confectionnées par le chef Philippe Bélissent et, à ma grande surprise, plusieurs d’entre elles sont réalisables.

Pour chaque oeuvre choisie, un extrait littéraire est présenté suivi de la recette; celle-ci est parfois tirée de la simple mention d’un plat dans une énumération, parfois au centre même de l’extrait cité. Le recueil laisse une place de choix à la valeur des textes littéraires (bref, on n’a pas simplement isolé l’endroit où il était fait mention de gastronomie); en revanche, à quelques endroits seulement, on se demande pourquoi le chef n’a pas tout simplement effectué une variante de la recette qui était clairement présentée dans l’oeuvre… Si Colette avait choisi de mettre de la « liqueur d’anis » sur les melons du Blé en herbe, j’en mettrais moi aussi!

Somme toute, un superbe ouvrage, à lire et à regarder: j’ai bien hâte d’essayer cette fameuse blanquette de veau (Simenon) – que j’ai retrouvée dans plusieurs romans français sans jamais comprendre de quoi il s’agissait au juste – les beignets aux pommes de Céline, les madeleines de Proust, la ratatouille du Père Goriot (Balzac), la soupe à l’oignon de Madame Bovary (Flaubert), ou le rôti de porc à la moutarde de Pantagruel (Rabelais).

littgourmandise

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s