Asakusa et une crème glacée à la patate douce mauve…

Jour 2 de notre périple, sous un soleil chaud et radieux, nous choisissons d’aller explorer le sympathique quartier d’Asakusa. J’avais lu et vu plusieurs petits vidéos sur l’endroit et j’avais vraiment hâte de pouvoir enfin traverser la Kaminarimon, sous la grande lanterne, et d’être accueillie sur Nakamise-dori par les dieux du Tonnerre (Raijin) et du Vent (Fujin)!

La porte Kaminarimon, qui nous accueille sur Nakamise-Dori

On voit un peu mieux, sur cette photo, le dieu du Tonnerre à gauche et le dieu du Vent à droite.

Le marché Nakamise-dori est très touristique mais fort agréable; c’est là que vous pourrez goûter à une foule de sucreries et de gâteries traditionnelles, tout en magasinant pour vos souvenirs. Bon à savoir: malgré l’affluence touristique, les prix pour les jouets, baguettes, porte-clés et autres, ne sont pas vraiment plus élevés que ce que vous trouverez ailleurs.

Nakamise-Dori à l’ouverture

Miam miam!

Petits gâteaux et gâteries bien emballés dans des boîtes; on en trouve partout!

C’est ici que j’ai goûté à ma toute première crème glacée «bizarre» du voyage; j’ai choisi un parfum à la patate douce mauve. Pour tout dire, ça goûte un peu drôle; je ne suis pas habituée à jumeler le goût de la patate douce à celui de la crème glacée! Mais après quelques bouchées, on s’y habitue!

Il y a tellement de bouchées à goûter, sur Nakamise-Dori, que je regrettais d’avoir déjeuner juste avant d’y être! C’est tout de même là, par pure gourmandise, que nous avons manger pour la première fois du voyage des petits taiyaki bien chauds (petits gâteaux en forme de poisson).

Un artiste qui fait et vend des spirographes! Rafales de souvenirs d’enfance d’un seul coup!

Un vendeur de ramune, le célèbre soda pop japonais!

Pour ceux qui cherchent une image du temple Senso-ji (le temple érigé en l’honneur de Kannon, la déesse bouddhique de la Compassion, auquel mène le marché Nakamise-Dori) sur cette page, vous n’en trouverez malheureusement pas, puisqu’il était en rénovation et bien dissimulé sous les draps et les échafauds lors de notre visite!

Des carpes dans le jardin près du temple

Malgré les rénovations et même si, en permanence, la statue de la déesse Kannon à l’intérieur du temple n’est jamais accessible au public, des milliers de fidèles viennent quotidiennement allumer de l’encens (qui aurait des propriétés bénéfiques) et prier devant le Senso-ji.

Les «tiroirs» de fortune

Une autre tradition ici, au prix de 100 yens, consiste à brasser une boîte en métal, y retirer un bâton au hasard, et retrouver le tiroir et le papier de fortune qui lui correspond. Si votre destinée est négative, vous pouvez faire un noeud avec votre papier à un endroit prévu pour éloigner les mauvais présages. Si elle est positive (comme les nôtres, ouf!), vous pouvez la garder!


À l’entrée de Kappabashi-dori

Vous me connaissez, il y avait également autre chose qui m’intéressait dans le quartier d’Asakusa: le fameux marché Kappabashi, paradis du shopping des amoureux de la cuisine!

Sur plusieurs centaines de mètres, différentes boutiques d’accessoires pour les propriétaires de restaurants défilent. On y trouve des couteaux japonais, des moules de toutes sortes, des baguettes, des chaudrons, etc. J’avais, pour ma part, en tant que foodie assumée, vraiment hâte de voir les fameux commerces de plastic food models alléchants que l’on retrouve devant la grande majorité des restaurants japonais!

Les artisans de ces fameux «modèles» peuvent créer la réplique très réaliste d’à peu près n’importe quel plat, mais les restaurateurs doivent payer le prix! Pour vous donner un exemple, je me suis, pour ma part, procuré un mini-bol de soupe (du diamètre d’un dessus de canette de boisson gazeuse!) pour environ 30$! Cher mais tellement cute!


Advertisements

4 thoughts on “Asakusa et une crème glacée à la patate douce mauve…

  1. laderoutee

    @Charlotte: Oui, une chance qu’ils existent! Pour les étrangers qui ne comprennent pas le japonais, c’est souvent le meilleur moyen d’indiquer notre choix dans les restaurants, puisque les traductions anglaises sont assez rares! C’est drôle, enfin, de réaliser qu’on salive VRAIMENT devant des modèles en plastique!!

  2. christelle is flabbergasting

    Il y a un restaurant Japonais sur Ste Catherine Ouest qui a une superbe vitrine composée de pleins pleins de répliques en plastique. À chaque fois que je passe devant, je ne peux pas m’empêcher de regarder et de scruter tous les détails. Comme toi, je n’aurais pas résisté ! 🙂

  3. laderoutee

    @Christelle: Ah oui, c’est quel restaurant au juste? J’ai bien l’intention de tester les nouveaux restaurants japonais du centre-ville cet été (y’en a au moins trois qui titillent ma curiosité!), fais-moi signe si ça t’intéresse de m’accompagner! 🙂 Au début on trouve ça drôle les répliques en plastiques, mais rapidement, à notre grande surprise, ça nous fait vite saliver!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s