Farniente à Lehan (Amed, Bali)

La région d’Amed est composée d’une série de petites baies (Amed, Jemeluk, Bunutan, Lipah, Lehan, Selang, Bayuning) sur la côte est de Bali. Lorsqu’on regarde devant nous, à travers les jukung (pirogues à balancier) amarrées sur le sable noir, on a droit à une magnifique vue sur la mer alors que, dernière nous, s’élèvent des montagnes de verdure.

Dans notre petit chalet, dans la baie de Lehan, j’ai complètement décroché. J’ai cherché, pendant cinq jours, les mots pour décrire l’endroit. Allongée sur mon petit balcon de bungalow, en regardant un petit lézard courir sur le mur, je me suis laissée envahir par la prose de Kim Thuy. Je me suis aussi amusée à faire des exercices de descriptions de goût, guidée par l’essai Will write for food, même si la majorité de ma diète alimentaire se composait alors des capsules de peppermint roses de Pepto-Bismol et d’un délicieux sandwich jambon-fromage sur pain foccacia fait maison! (Lire entre les lignes: la nourriture indonésienne est délicieuse, mais très épicée pour l’estomac occidental! 😉 )

Au fond, notre petit bungalow chez Life in Amed

Le devant de notre petit chalet!

À la piscine, je me sentais comme dans une bulle, jusqu’au moment où la poule tachetée brune du voisinage vienne hocher la tête à côté de ma chaise longue. À une dizaine de pas de là, on pouvait se rendre sur le bord de l’eau (voir des locaux se ruer vers nous pour nous offrir des massages, des sorties de pêche, des excursions de plongée en apnée) et faire du snorkelling dans une eau très peu profonde, facilement embrouillée mais remplie de coraux et de jolis petits poissons.

Une petite collation: rambutan tout frais

Frangipanier en fleurs

Même si la région d’Amed est quand même considérée très touristique par les locaux, on y est bien plus isolé qu’à Kuta ou Ubud. Il n’y a ni banque, ni ATM, ni même marché, ici, seulement une poignée d’hébergements discrets et de petits restaurants parmi les habitations rudimentaires des balinais. C’est un endroit rêvé pour ceux qui aiment la plongée sous-marine. Hors-saison, on constate que l’on trouve très facilement des hébergements à prix modiques sans avoir besoin de réserver à l’avance.

C’est là qu’on fait le plein pour le scooter!

Notre petit plaisir, ici aussi, a été de se balader en scooter dans les environs. Nous avons pu y découvrir un Bali plus rural, plus pauvre parfois, mais tout aussi souriant. La région d’Amed est l’un des endroits où, durant la saison la plus sèche, en juillet et en août, on peut visiter des salines. On y fabrique le sel selon la plus ancienne méthode; en le récoltant dans la mer et en laissant l’eau s’évaporer au soleil, un processus d’une douzaines d’étapes qui peut durer jusqu’à trois jours! Il est impossible d’en faire le reste de l’année, puisqu’une simple averse détruirait tout le dur labeur.

Dans les champs, autour d’Amed…

Nous sommes en mai, alors l’équipement des salines est «au repos»…

Portrait d’enfants qui nous ont approchés pour nous vendre du sel et des colliers.

Comme vous pouvez voir, je n’ai pas vraiment d’adresse à vous suggérer à Amed. Durant notre séjour, nous avons été témoins d’une cérémonie balinaise en l’honneur de la pleine lune (cinq heures de musique sans arrêt), et avons été réveillés deux fois, à 3h du matin, par des chants musulmans dans les collines! 🙂

Advertisements

One thought on “Farniente à Lehan (Amed, Bali)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s