Scooter, rizières, kopi luwak et cacao

À Bali, plus de gens sont propriétaires de scooters que de tout autre véhicule; normal, puisque les routes sont surchargées et que la circulation dans et autour des plus grandes villes est toujours assez chaotique! En scooter, on peut réussir à se faufiler un peu partout, mais il ne faut pas oublier de klaxonner avant de dépasser ou d’effectuer une manoeuvre dangereuse! Aujourd’hui, je vous amène avec nous en balade dans les alentours d’Ubud.

Supermarché Bintang, à Ubud

Nos balades en scooter autour d’Ubud et d’Amed font certainement partie de mes plus beaux souvenirs de Bali! Le soleil, le ronronnement du moteur, la brise chaude sur le nez, aaaaahhhhh… Si la conduite un brin aventureuse ne vous fait pas peur, sachez qu’on peut très facilement louer un scooter pour environ 50 000 rps (environ 5,75$) un peu partout sur l’île, pour une journée entière, casques inclus. (Vous vous rappelez le film Dumb and Dummer? Oui, ça existe encore, des casques comme ça!) 😉

Premier arrêt: un supermarché, probablement le plus coloré que j’ai vu dans ma vie!

Le balinais moyen ne va pas souvent au supermarché; il achète habituellement les produits frais dont il a besoin, à meilleurs prix, au marché public. Les supermarchés sont, de fait, plus difficiles à trouver sur l’île, puisqu’ils s’adressent surtout à une clientèle plus aisée. Pour les touristes, comme nous, c’est une mine d’or pour explorer les produits disponibles sur le marché d’Asie du Sud-Est!

Retro advertising: on aime!

En Indonésie, on peut voir et choisir la surprise dans notre boîte de céréales!

Un temple en périphérie d’Ubud; il y en a des milliers à Bali, alors on finit par ne plus les voir!

À Bedulu, à quelques kilomètres à l’est d’Ubud, on va faire un tour au site de la «grotte de l’éléphant», Goa Gadja. On y trouve une grotte, lieu de culte dans lequel on entre par la bouche d’un démon (1923), une sorte de «fontaine de Jouvence» (1954) qui est sensée préserver notre jeunesse, ainsi qu’un paisible petit boisé.

Goa Gadja

La fontaine…

On choisit ensuite de revenir vers Ubud et de prendre un chemin vers le nord, dans le but de voir quelques rizières en étages! Honnêtement, sur la route principale, on n’en voit pas vraiment; il faut prendre d’autres petites rues!

Tegallalang; probablement l’un des seuls endroits ouvert sur les rizières, sur la route principale.

Passé Tegallalang, il y a plus de rizières, et moins de petits commerces.

On roule durant une heure (ça monte tranquillement), jusqu’à ce que le ciel devienne un peu menaçant…

Un vieux temple couvert de mousse…

Puisqu’il commence à pleuvoir (et que nous n’avons évidemment pas d’imperméables, oups), nous décidons de revenir sur nos pas et d’arrêter dans un petit centre d’agrotourisme, en espérant que l’averse passe.

Kopi luwak (non-nettoyé) et grains de café entiers

C’est d’Indonésie que provient le kopi luwak, le café le plus cher du monde (dont je vous ai déjà parlé ici). Son prix gonflé s’explique par le processus complexe de sa «fabrication»; on récolte ce qu’il reste des grains de café dans les excréments du luwak, puisque leur passage naturel dans le système digestif de l’animal en fait ressortir les caractéristiques essentielles. Le résultat est un café fort et bon, mais à notre avis, ça ne vaut pas le prix!

Sur place, on goûte à du cacao frais! C’est surprenant; on dirait plutôt une noix très douce, avec un minime rappel de cacao dans le beurre blanc qui l’entoure!

C’est joli ici!

Pour accompagner le kopi luwak (et passer le temps, puisqu’il pleut fort), on nous offre gratuitement du café régulier, des boissons chaudes au cacao, à la vanille, du thé au gingembre, à la citronnelle, etc.

On discute de tout et de rien pendant près d’une demi-heure avec un sympathique jeune guide de l’endroit, heureux de pouvoir pratiquer son anglais avec nous! Son collègue prend plaisir à emprunter notre caméra, puisqu’il adore prendre des photos. On doit finalement partir, puisqu’il se fait tard et que nous avons une réservation pour souper. Il faudra trouver des imperméables en cours de route parce que c’est le déluge; la route descend vers Ubud, l’eau aussi, et on patauge en scooter dans un demi-pied d’eau… mémorable!

Advertisements

4 thoughts on “Scooter, rizières, kopi luwak et cacao

  1. Valérie T.

    @Blog Voyage Way: Désolé, je n’en ai aucune idée, il faudrait que je fouille dans mes photos et notes (c’était il y a déjà 3 ans) pour voir si j’ai pris le nom de l’endroit en photo. Nous nous promenions en scooter dans des rues choisies au hasard au nord d’Ubud ce jour-là, alors c’est difficile à dire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s