À faire à Istanbul

Été 2011. Je suis enceinte d’environ 8 semaines. Après avoir passé une semaine à Paris, futur bébé (que j’appellerai dorénavant, affectueusement, « peanut », parce que c’est l’une des seules collations que j’arriverai à digérer en sol turque) et moi, on prend un vol d’environ trois heures pour Istanbul. (J’aimerais d’ailleurs remercier la personne qui a eu l’idée géniale de servir une assiette de poissons – certains fumés – sur le vol entre Paris et Istanbul. C’est vraiment gé-ni-al, l’odeur du poisson, dans un environnement fermé, où il y a une trentaine de personnes qui n’osent pas en manger, dont une femme enceinte qui a de sérieuses nausées. Fin de la parenthèse.)

Je blague un peu, parce que peanut, moi et l’amie qui nous accompagnait, nous avons vraiment passé une belle semaine à Istanbul. J’aime beaucoup trop voyager pour laisser un détail comme des nausées quotidiennes gâcher mon plaisir de découvrir une ville à laquelle je rêve depuis plusieurs années. Mieux vaut tard que jamais, donc; voici le début de ma liste, pêle-mêle, de choses « à faire à Istanbul ».

©LouiseAnneLB

  • Faire une croisière sur le Bosphore

Pour avoir une vue d’ensemble de cette ville étendue et magnifique au début de votre séjour, ou pour l’apprécier une dernière fois à la toute fin, une croisière sur le Bosphore s’impose. Il y a plusieurs possibilités et départs, notamment dans le quartier d’Eminönü.

©ladéroutée   Galata Tower, vue de notre bateau de croisière

  • Monter en haut de la Tour de Galata et se balader sur Istiklal Caddesi, en suivant les tramways à partir de la place de Taksim (quartier de Beyoğlu)

Monter au moins une fois, le plus haut possible, pour voir d’un autre angle les villes que je visite, est l’une des choses que je préfère. Bâtie en 528, la Galata Tower est l’une des plus vieilles tours du monde. Elle a été détruite et restaurée plusieurs fois; elle était construite de bois avant d’être en pierres. Vous y croiserez évidemment d’autres touristes (il y a aussi un restaurant) et il y a très peu d’espace pour se promener tout en haut, mais la vue en vaut la peine.

©ladéroutée

Mosquée Yeni Cami et entrée du marché aux épices, vues du haut de la tour de Galata

©ladéroutée

Les vieux tramways d’Istiklal Caddesi

©ladéroutée

Dans la verdure, le musée du Palais Topkapı (vu de la Tour de Galata)

Istanbul contient deux des plus beaux musées que j’ai vus dans ma vie, et celui du Palais Topkapı est l’un d’eux. Construit par le Sultan Mehmed II (le Conquérant) en 1478, il fût le centre administratif et la résidence des Sultans ottomans pendant 380 ans. La visite guidée avec écouteurs est fascinante et très bien faite. Même si c’est un peu plus coûteux, il faut aussi prendre la peine de visiter le Harem. Par une journée de canicule, les expositions de trésors et de très anciens vêtements d’époque m’ont donné des frissons.

©ladéroutée

©LouiseAnneLB

Suçons façon street food, dans les rues de Sultanhamet

Le deuxième musée incontournable d’Istanbul c’est Sainte-Sophie ou Ayasofya Müzesi . Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avant d’y être et j’ai finalement été bouche bée par la beauté des lieux. J’écoutais avec une oreille attentive chacun des détails dans mes écouteurs (j’adore ce type de visite qui nous permet, même lorsque nous sommes accompagnés d’autres personnes, d’entrer dans notre bulle et d’apprécier ce que l’on voit à notre rythme). D’abord une église chrétienne (ouverte au public en 537 et pendant près de mille ans), Sainte-Sophie a ensuite été transformée en mosquée sous le règne du Sultan Mehmed (et a servi l’islam pendant près de 500 ans); c’est sous Atatürk qu’elle devient un musée, en 1935. Ce qui en fait toute la beauté, outre l’impressionnante conservation de ses détails, c’est de pouvoir voir un peu partout la juxtaposition entre les deux vocations différentes qu’elle a eues, entre les symboles chrétiens et musulmans. C’est tout simplement ma-gni-fi-que.

©ladéroutée

Ayasofya Müzesi vue de l’extérieur

©ladéroutée

Un coup d’oeil à l’intérieur d’Ayasofya Müzesi

  • Entrer, respectueusement, dans les mosquées

Je ne suis pas une grande amatrice d’endroits religieux lorsque je voyage mais à Istanbul, j’avais un plaisir particulier à entrer voir l’intérieur des mosquées. Elle sont souvent bien différentes les unes des autres, et le calme, ce climat d’introspection qui y règne, est quasi indescriptible.

©ladéroutéeLa Mosquée Bleue dans Sultanahmet

On y va pour acheter nos souvenirs (ou se faire solliciter pour acheter des souvenirs), mais on peut également y manger. Ce n’est pas mon endroit favori, mais il faut au moins aller y jeter un coup d’oeil.

  • Se prélasser dans un hammam

Vous comprendrez que je n’ai malheureusement pas pu mettre un crochet à cet item sur ma liste, puisque les spas sont fortement déconseillés aux femmes enceintes. Je garde ça pour un prochain séjour!

À suivre…

Advertisements

One thought on “À faire à Istanbul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s